Le contrôle des coûts de la santé générés par les médecins


Guide pratique pour répondre à l’accusation de polypragmasie faite par santésuisse


article paru dans Le Temps,  10 mai 2016


En cas de surfacturation, les médecins s’exposent à des sanctions.

Le chiffre d’affaires des médecins est comparé par rapport à ses collègues de même spécialité par SantéSuisse au moyen des données de sasis SA.

Si un médecin a un chiffre d’affaires dépassant de plus de 30% celui de ses collègues, il est soupçonné de polypragmasie au sens de la LAMal, c’est-à-dire d’être dispendieux.

Face à cette accusation, le médecin a la possibilité de se défendre, de faire valoir les spécificités de sa pratique et de soulever tous les arguments utiles à sa défense.

L’article de Me Bonadio, paru dans le Temps version papier le 10 mai 2016, vous indique quels sont les enjeux, les jurisprudences du Tribunal arbitral et du Tribunal fédéral et les arguments à faire valoir.

L’article entier est téléchargeable en cliquant sur l’icône ci-contre à droite.


The KBB law firm offers a collection of articles related to its activities. These texts are summarized on this page and freely available for download. Some may be only available in french at the moment.

Se régulariser grâce aux amnisties fiscales

et aux declarations spontanées


article paru dans Le Temps,  18 octobre 2016


A l’heure de la transparence fiscale et dans presque tous les pays, les contribuables ont l’opportunité d’optimiser leur régularisation et de profiter parfois de conditions intéressantes, pour autant qu’ils fassent le premier pas vers la conformité fiscale pour mettre fin à la fraude et à l’évasion.

Tour d’horizon des amnisties fiscales et des programmes de déclarations spontanées en Suisse et en Europe.

Aperçu des conséquences en matière de rappels d’impôts (montant des impôts éudés), d’intérêts moratoires (intérêts de retard), d’amendes fiscales (souvent calculé comme une majoration du montant de l’impôt éludé) et de sanctions de droit pénal (allant jusqu’à l’emprisonnement).

L’article peut être consulté sur le site internet de Le Temps, en cliquant sur le lien ci-contre.

 

Philosophy and the lawyer’s activity

July 2011


Philosophy of law has an impact on the lawyer’s profession. Two different ideas of what the law is can lead to two different kind of activity for the lawyer.

The first philosophy of law is inspired by rationalism. It considers law as the set of legislation passed by the legislator, whose goal is to best organize society. The lawyer and the judge are merely seen as technicians. They determine which piece of legislation fits the best to a practical case and establish the settlement of the dispute accordingly. The legislator, on the other hand, is the engineer who constructs and shapes society.

The second philosophy of law is evolutionist. It makes a distinction between law and legislation. The law is defined as the set of rules observed by a community, whether those rules are included in legislation or not. Those rules of conduct are slowly selected by experience according to their efficiency, without men being necessarily aware of the process. Inefficient rules are slowly eliminated because communities who follow them either disappear or adopt better ones. Lawyers and judges are more important in this conception of law. They have to discover which rules are truly followed, and, if necessary, they can suggest new ones more efficient than the older.

In a mixt context, some areas are strictly governed by legislation. In these areas, relationships between individuals are determined in advance and contracts are heavily regulated. In other areas, an evolutionist conception of the law applies. Lawyers look at the adopted practices and at the followed rules, and they can suggest new ones through the creation of new contacts. Through case law and precedent, judges then gradually choose the best rules.

Law and economy

August 2011


Economic development is not a sure thing. A strong institutional and legal framework is required for the development of economic activity. Indeed, the creator of wealth will only undertake a project if he is certain to achieve returns on his investment.

Some economic history theorists focus on the role that institutions play in economic development. Their analyses show that institutions can have an influence on the costs and the benefits of thievery or cooperation. For example, when the law punishes theft, the thief’s gain expectancy decreases, thus increasing the attractiveness of production. So economic development is closely related to institutions protecting private property. The institutions’ evolution differences on an international scale make some economist historians suggest that the cause for the industrial revolution was a more stable institutional framework for some countries compared to others and thus guaranteeing well-defined legal rights to entrepreneurs.

The study of development differences permits a deeper comprehension of the link between institutions and economic growth. Institutions’ credibility is fundamental to keep mistrust and transaction costs low. For example, a title deed issued by a recognized and credible administration will save the buyer time and money to check the seller’s integrity. Thus, credible institutions are not only guaranteeing an outcome to the entrepreneurs’ efforts, but also facilitating trades, loans or investments.

In this context, the lawyer plays a major role. He interlinks law and institutions to the creators of wealth. In case of a dispute, he represents his client in Court, which enables the latter to spend his time in his specialty field. More importantly, when the lawyer draws up contracts or gives advices to the entrepreneurs, he establishes the transition from a general legal framework to the smaller contractual one, which is more adapted to the individual cases. Thus, by being the link between entrepreneurs and institutions, the lawyer takes part in the institutional environment’s stability required by the development of new projects.

Jean-Jacques Burlamaqui

July 2012


Jean-Jacques Burlamaqui was citizen of Geneva and legal theorist of the 18th century. He taught at the University of Geneva and was a tenant of natural law, inspired by Pufendorf, Grotius and Barbeyrac.

Natural law theorists consider that the aim of their discipline is to provide objective laws originating directly from nature and not from a human will. They usually start with a study of human nature and then deduce “natural” laws that are in accordance with the definition of a human being.

An introduction to Burlamaqui’s thought will illustrate this process. Starting from the simple idea that humans are rational beings looking for their happiness, he constructs a legal framework, which goes as far as an ideal governmental structure.

The “natural law” approach hereby illustrated as then been criticized by legal positivism, in particular by Hans Kelsen, who accuses natural law tenants of hiding personal beliefs behind a false scientific objectivity.

Withholding tax agreements: «the Rubik agreements»


February 2013


The Rubik agreements are a set of agreements on withholding taxation concluded by Switzerland with several neighboring countries. After the upset in financial markets created by the 2008 crisis, several States wanted to find an efficient way to act against tax evasion.

Switzerland has decided to answer to foreign requests by establishing a withholding tax rather than by signing an automatic tax information exchange agreement.

This enables the States to perceive fiscal contributions while protecting their citizens’ financial privacy, since the identity of Swiss bank’s clients will stay anonymous.

L’avocat et la psychologie du risque


Juillet 2013


Les conflits juridiques s’inscrivent en principe dans une situation d’incertitude qui n’est pas sans effet sur les prises de décision. La littérature scientifique psychologique a en effet montré que les prises de décision dans un environnement incertain sont souvent influencées par des éléments non pertinents.

Par exemple, la formulation d’une question peut changer la manière dont on y répond, bien que la situation objective ne change en rien. Savoir s’il faut réaliser une opération dont le taux de succès est de 90%, par exemple, est équivalent à savoir s’il faut réaliser une opération dont le taux d’échec est de 10%. Pourtant, lorsque l’on présente la question sous la facette du taux de succès, le taux d’acceptation de l’opération est supérieur à celui obtenu lorsque la question est posée sous la facette du taux d’échec. En effet, l’esprit humain, lorsqu’il considère un taux de succès de 90%, associe au succès une impression positive, alors qu’en voyant un taux d’échec, il pense automatiquement aux effets négatifs de l’échec et ne prend pas le temps de chercher les effets positifs du succès éventuel.

Ce genre d’incohérences peut avoir une incidence dans la vie juridique. Les procès aux issues incertaines donnent régulièrement lieu à des tractations extrajudiciaires et des offres d’accords qu’il convient d’examiner attentivement. Ces procès sont similaires à l’opération précédente : ils ont un taux de succès auquel correspond un taux d’échec. Mais si l’une des deux parties cherche à parvenir à un accord et à faire accepter son offre, elle aura tout intérêt à rappeler explicitement, mais aussi et surtout, de manière masquée, à son adversaire l’échec potentiel qu’il pourrait subir et à passer sous silence son succès potentiel.

L’avocat, au centre des ces négociations, ne peut donc pas faire l’économie d’une connaissance de la littérature scientifique sur le sujet. En effet, celle-ci a montré que la formulation (taux d’échec ou taux de succès) n’est pas le seul élément susceptible de modifier les décisions : de nombreux autres biais cognitifs ont été recensés.

Litiges sur la fiscalité de l’immobilier sis en France


article paru dans Le Temps, quotidien romand, le 3 décembre 2014


La vente et la location par un résident fiscal suisse d’un bien immobilier situé en France sont soumises à la fiscalité française et déclenchent deux types d’imposition: d’une part l’impôt sur la plus-value et d’autre part les prélèvements sociaux.

Tant le taux de l’impôt sur la plus-value que les prélèvements sociaux posent des questions juridiques de compatibilité avec la Convention de double-imposition franco-suisse de 1966 et avec le règlement européen CEE 1408/71.

Le droit international permet aux résidents fiscaux suisses de prétendre à un meilleur traitement fiscal que celui qu’ont essayé d’infliger les autorités françaises et de se faire rembourser une partie des impôts et prélèvements perçus depuis 2012.

L’article entier est téléchargeable en cliquant sur l’icône ci-contre à droite.

Lies honoraires d’avocats peuvent être déductibles des impôts


article paru dans Le Temps, 24 février 2015


A certaines conditions, les honoraires d’avocats sont déductibles des impôts, tant pour les entreprises que pour les particuliers.

La Cour de justice du canton de Genève a eu à se pencher sur la question à l’occasion s’un arrêt du 21 août 2012 (ATA/541/2012).

Cela a été l’occasion de rappeler les principes des déductions organiques et de constater que les frais da’vocats peuvent en faire partie pour autant qu’ils satisfassent aux conditions générales des déduction sorganiques, c’est-à-dire principalement la nécessité de la dépense pour acquérir le revenu imposable.

Concrètement, les frais d’avocats sont déductibles lorsqu’ils sont en relation directe avec le revenu obtenu ou maintenu et que, généralement, tout contribuale se fait assister d’un avocats dans une procédure similaire.

On peut penser aux exemples suivants: litiges familiaux portant sur des revenus, litiges en droit du travail, en droit des assurances ou assurances sociales, end roit du bail pour le propriétaire, etc.

L’article entier est téléchargeable en cliquant sur l’icône ci-contre à droite.